fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de veille n°251 - 28 novembre 2014

Tout déroulerTout enrouler

Sommaire


- Mapping des acteurs impliqués dans l’Ecowap


- Note de position : des solutions pour financer le développement des agricultures familiales
- Etude : Pour un développement du crédit à l’agriculture : l’option du mutualisme


- Note de synthèse de la situation pastorale : vers une fin de campagne pastorale mitigée
- Fiches foncier au Niger : les fourrières
- Revue Rural 21 : Elevage (vol. 48, n°4)


- Rapport des activités du collège des jeunes du CNCR sur l’installation des jeunes en agriculture
- Rapport : Leçons apprises de l’appui des projets du FIDA aux jeunes ruraux
- Publication sur les jeunes et l’agriculture : principaux enjeux et solutions concrètes
- Analyse : Burkina Faso, le « ras le bol d’une population majoritairement jeune »


- Rapport : Les agricultures familiales du monde
- Une plate-forme de présentation des enjeux de l’agriculture familiale
- Entretien avec Pape Assane Diop : Pour que l’agriculture familiale nourrisse les villes


- Un mini-recueil sur la nutrition
- Rapport 2014 sur la nutrition mondiale
- Article : Pour une agriculture au service de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique
- Appel à contribution à AGRIDAPE : Agriculture familiale et nutrition


- Note de plaidoyer : Recommandations pour la conférence de Lima sur le changement climatique
- Etude : Incidence du changement climatique sur les productions agricoles dans la commune de Banikoara au
Bénin


- Article : Le Guyana cherche à développer ses exportations de riz vers l’Afrique de l’Ouest
- Article : Intégration de marché en Afrique centrale et orientale pour le maïs, le riz et le sorgho


- Revue Alternatives rurales (n°2)
- Rapport trimestriel de l’Observatoire de l’Afrique de l’Ouest : l’industrie agro-alimentaire et l’examen de l’impact d’Ebola


- Point sur la situation alimentaire au Sahel (PSA) n°163 – novembre 2014
- Avis sur les résultats préliminaires de la campagne agricole 2014-2015 au Sahel et en Afrique de l’Ouest


A la une


Inter-Réseaux, novembre 2014
Inter-réseaux a réalisé pour la coopération suisse (DDC) un schéma représentant les acteurs impliqués directement ou indirectement dans la politique agricole de la Cedeao. Figurent au centre du schéma les structures en charge du pilotage, de la coordination et de la mise en œuvre de l’Ecowap. Autour, les acteurs impliqués dans l’Ecowap sont regroupés en quatre catégories : partenaires techniques, partenaires financiers, partenaires socioprofessionnels, société civile et ONG. En passant la souris sur les acteurs, une brève présentation de ces acteurs ainsi que leur rôle dans l’Ecowap apparaît.
http://www.thinglink.com/scene/526092320701939714


Financement de l'agriculture


SOS Faim, octobre 2014
Dans cette note, SOS Faim donne sa position et propose des solutions à la problématique du financement du développement des agricultures familiales. L’ONG soutient la construction de relations entre les différents acteurs concernés (notamment les OP, les IMF et les banques) ainsi que le développement de trois outils complémentaires : le renforcement des capacités des OP en matière de financement ; les lignes de crédits à taux concessionnel ; les fonds de garantie. SOS Faim propose de centrer son dispositif sur les organisations paysannes et agricoles.

Lire la note (8 p.) :

http://www.sosfaim.org/be/wp-content/uploads/sites/3/2014/10/SOS-14-10-PP-FR-num.pdf


Farm, novembre 2014
Par des exemples historiques dont celui du Crédit Agricole en France, Bernard Fouquet (ancien directeur des risques et des contrôles permanents du pôle Caisses régionales de Crédit Agricole) pointe le crédit comme facteur crucial de développement agricole et explique en quoi sa faiblesse en Afrique est un obstacle majeur à la croissance de la production agricole. Il montre ensuite que le modèle des groupes mutualistes des pays du Nord n’est pas transposable dans les pays du Sud, et s’inspire de cette analyse pour proposer des pistes de progrès possibles pour 3 pays qu’il a étudié (Tunisie, Mali, Sénégal). Il souligne entre autres l’intérêt de renforcer la proximité entre la banque et l’agriculteur ; réduire autant que possible le coût du crédit à l’agriculture, et favoriser la maîtrise de la recette agricole par la banque.

Lire la publication (44 p.) :

http://www.fondation-farm.org/zoe/doc/farm_pointdevue_201411_fouquet_a4.pdf


Elevage et pastoralisme


Réseau Billital Maroobé, septembre - octobre 2014
Cette note est le fruit d’une veille dans sept pays d’Afrique de l’Ouest, visant à assurer un suivi proactif de la situation pastorale et des menaces qui pèsent sur les familles de pasteurs. Elle informe sur les dynamiques des ressources pastorales (situation des pâturages et points d’eau, santé animale, mouvements des éleveurs et du bétail), sur la situation des marchés à bétail, les événements critiques (par exemple les conflits), ou encore les actions innovantes recensées. La note nous informe que l’état des pâturages et le remplissage des points d’eau sont globalement insuffisants et que la prochaine soudure pastorale risque d’être précoce, dans un contexte d’insécurité avec des conflits armés au Mali et au Nigeria, une recrudescence de vol de bétail et l’épidémie de fièvre Ebola.

Lire la note (9 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Bulletin_sept-oct_18_1114.pdf


RECA Niger, novembre 2014
Le RECA a lancé une série de courtes notes (2 p.) sur le foncier et la gestion des ressources naturelles au Niger. La dernière porte sur les fourrières : elle donne dans un premier temps les conditions d’implantations des fourrières et décrit la procédure de mise en fourrière. Elle aborde ensuite leur gestion (qui incombe aux communes), et pour finir explique le devenir des animaux placés en fourrière : vente et récupération par le propriétaire.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article822


Rural 21, novembre 2014
Ce numéro de la revue Rural 21 vise à faire le bilan de l’état actuel du débat sur l’élevage. Il aborde ainsi une grande diversité de thématiques, comme le rôle de l’élevage dans la sécurité alimentaire ou ses impacts sur l’environnement. Les articles portent plus précisément sur : les avantages et inconvénients de l’élevage pour les producteurs, les systèmes fourragers, l’accès au marché, la gestion des conflits, la filière lait, la réduction des émissions de gaz à effet de serre ou encore l’élevage urbain. Deux autres articles concernent respectivement le recyclage des déchets issus de l’élevage pour la production d’énergie en Chine, et la demande croissante des consommateurs pour de la viande à bas prix.
http://www.rural21.com/english/current-issue/


Jeunes


CNCR, octobre 2014
Début octobre, le Collège des Jeunes du CNCR (Sénégal) a organisé un atelier de réflexion sur les attentes des jeunes ruraux en matière d’installation, suivi de discussions autour de la stratégie politique nationale d’installation des jeunes en agriculture. Ce document relate les idées émises par les jeunes lors des ateliers ainsi que les expériences partagées (sénégalaises et françaises) d’initiatives d’installation des jeunes. Il retrace également le débat qui a suivi, dont les conclusions sont résumées en 6 axes stratégiques (formation agricole, foncier, financement, information et accompagnement, organisation et mobilisation des jeunes, et attractivité de l’agriculture et du monde rural). Une déclaration finale « Vision et attentes des jeunes ruraux » figure en annexe.

Lire le rapport (26 p., 2,5 Mo) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/CJ-Rapport_des_activites_inst_jeunes-1.pdf


FIDA, octobre 2014
Cette publication présente une réflexion sur les meilleurs pratiques et les insuffisances établies à partir de l’analyse de 19 projets financés par le FIDA dans 11 pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie (dont Madagascar, le Nigéria, le Rwanda et le Sénégal). Elle traite ainsi un large éventail d’approches favorables au développement des jeunes sur les deux dernières décennies, et résume les leçons apprises de ces projets, à différents niveaux (conception des projets, renforcement de capacité, appui financier, etc.).

Lire la publication (44 p.) :

http://www.ifad.org/knotes/youth/youth_f.pdf


CTA, FAO, FIDA, 2014
Ce document fait suite à un projet mené par le MIJARC, la FAO et le FIDA en 2011 pour faciliter l’accès des jeunes aux activités agricoles. Celui-ci a permis d’identifier les enjeux principaux pour accroître la participation des jeunes à l’agriculture, regroupés dans le présent document autour de 6 axes : accès au savoir, à l’éducation et à l’information ; accès à la terre ; accès aux services financiers ; accès aux métiers de l’environnement ; accès aux marchés ; engagement dans les débats politiques. Chacun de ces chapitres se compose d’études de cas (47 cas au total, une page chacune en moyenne) présentant brièvement des moyens innovants ayant été mis en place sur différents continents pour surmonter les difficultés rencontrées.

Lire le rapport (129 p., 3 Mo) :

http://www.ifad.org/english/youth/publications/cta_fao_ifad_f.pdf


Lila Chaouli, octobre 2014
Dans cette interview, Lila Chaouli (chercheuse et auteur du livre Burkina Faso 2011, Chronique d’un mouvement social) revient sur les mouvements sociaux au Burkina Faso, et offre son analyse des événements récents ayant abouti à la chute de Compaoré. Elle évoque un ras-le-bol de la population jeune (très majoritaire dans ce pays) ainsi qu’une dynamique protestataire soutenue par des organisations syndicales et associatives. Elle souligne le rôle qu’a eu le Balai citoyen qu’elle qualifie de mouvement social important, et pour finir s’exprime au sujet des alternatives politiques possibles suite aux élections.
https://www.npa2009.org/idees/burkina-faso-le-ras-le-bol-dune-population-majoritairement-jeune


Agriculture familiale


AFD, octobre 2014
Cet ouvrage est dédié aux agricultures familiales. Il fournit dans un premier temps une analyse de ses différentes définitions ainsi que des autres formes d’agriculture (patronale et entrepreneuriale), et propose des critères de différenciation. Il étudie ensuite les contributions des agricultures familiales à l’emploi, la diversification, la démocratie ou encore la gestion des ressources naturelles. La place de l’agriculture familiale dans les politiques agricoles est également analysée via des études de cas dans dix pays. Enfin, une dernière partie propose des thèmes d’approfondissement, avec par exemple l’analyse des formes d’organisation dans les relations de travail et l’action collective.

Lire le rapport (200 p., 2 Mo) :

http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/A-savoir/28-A-Savoir.pdf


SOS Faim, novembre 2014
En quoi consiste l’agriculture familiale ? Que représente-t-elle à l’échelle mondiale ? Quels sont ses atouts ? Quels sont les défis auxquels elle est confrontée ? Comment la soutenir ? SOS Faim a mis en place une plate-forme multimédia permettant de découvrir de manière pédagogique les enjeux de ce type d’agriculture et de répondre à toutes ces questions à travers des vidéos, photos, infographies et témoignages.
http://www.agriculturefamiliale.org/


CFSI, octobre 2014
Pape Assane Diop est conseiller technique pour la FONGS, une organisation de producteurs membres du CNCR au Sénégal. Dans cet entretien, il présente en premier lieu les résultats d’une étude menée localement montrant la capacité de l’agriculture familiale à alimenter les populations. Il explique ensuite que les marchés urbains semblent adaptés à cette agriculture dans la mesure où les producteurs sont plus à-même d’en identifier les exigences, et ainsi mieux se positionner. Il décrit entre autres les différentes stratégies de commercialisation, et termine en soulignant le progrès que connaît l’agriculture familiale (en termes de revenus et d’attractivité).

Lire l’entretien (8 p.) :

http://www.alimenterre.org/sites/www.cfsi.asso.fr/files/entretien-2012096-pape-assane-diop.pdf


Nutrition


FAO, novembre 2014
La FAO a publié un mini-recueil de données détaillées sur la nutrition dans toutes les régions du monde en vue de la Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) qui a eu lieu à Rome du 18 au 21 novembre. Celui-ci contient diverses données et graphiques illustrant les tendances de divers aspects tels que les carences en micronutriments, le surpoids, l’obésité et les maladies non transmissibles de 1990 à nos jours. Il contient aussi plusieurs indicateurs chiffrés sur les interactions entre la nutrition, la santé et l’environnement. Les lecteurs y trouveront des données détaillées sur divers sujets dont les prix des denrées, la consommation alimentaire, les émissions de carbone liées à l’agriculture et l’utilisation des terres.

Lire le recueil en anglais (249 p., 25 Mo) :

http://www.fao.org/3/a-i4175e.pdf

Visiter le site consacré à la CIN2 :

http://www.fao.org/about/meetings/icn2/fr


IFPRI, novembre 2014
Ce document est la première édition du rapport annuel sur la nutrition mondiale, réalisé par un groupe d’experts indépendants et financé par 96 signataires (États, organisations de la société civile, bailleurs de fonds, agences des Nations Unies et entreprises). Il souligne les progrès réalisés dans le domaine de la nutrition par les 193 États membres des Nations Unies ; identifie les obstacles au changement ; met en lumière les possibilités d’intervention et vise à renforcer la redevabilité en matière de nutrition à l’échelle nationale et mondiale. Le rapport présente des études de cas dans plusieurs pays dont le Burkina Faso. Les profils pays couvrent plus de 80 indicateurs portant sur l’état nutritionnel des populations, les programmes en place, les ressources mobilisées et les engagements politiques des Etats.

Lire le rapport complet (en anglais, 118 p, 4 Mo) :

http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/gnr14.pdf

Lire la synthèse en français (4 p.) :

http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/ib85fr.pdf


Farm, novembre 2014
FARM a publié sur son blog un article de l’agroéconomiste béninois Emile N. Houngbo. Celui-ci explique de manière concise en quoi l’Afrique représente l’espace de grandes potentialités agricoles encore inexploitées du fait de mauvais choix politiques de spécialisation. Selon lui, l’Afrique a plus tendance à investir dans la production des spéculations qu’elle ne consomme pas et pour lesquelles elle n’a pas d’avantage comparatif (comme le coton), au détriment de celles qui doivent garantir la sécurité alimentaire et l’intensification des échanges intra-régionaux. Il émet alors des propositions pour celles-ci (riz, banane plantain, tomate, mangue, orange, oignon, racines et tubercules).
http://www.fondation-farm.org/zoe.php?s=blogfarm&w=wt&idt=1851


IED Afrique, novembre 2014
Le dernier numéro d’AGRIDAPE de l’année 2014 s’intéresse à la façon dont l’agriculture familiale et l’agro-écologie assurent la nutrition des membres de la famille et des communautés au sens large. Pour ce numéro, IED Afrique recherche des expériences et des opinions sur les efforts mis en œuvre pour : (re) créer des cultures alimentaires, (re) construire le respect de la nourriture locale comme partie intégrante d’un mode de vie agroécologique, et (re) créer des liens plus directs entre les consommateurs et les producteurs de nourriture. Vous pouvez contribuer à ce numéro en envoyant vos articles avant le 20 décembre 2014 à : [email protected]

Lire l’appel à contributions (1 p.) :

http://www.iedafrique.org/IMG/pdf/Appel_a_contribution_AGRDAPE_30-4_Decembre_2014.pdf

Lire les conseils pour les contributions (1 p.) :

http://www.iedafrique.org/IMG/pdf/Petits_conseils_pour_les_contributions.pdf


Changement climatique


Coordination Sud, novembre 2014
La Commission Climat et Développement de Coordination Sud a publié ses recommandations pour la Conférence de Lima sur le changement climatique qui se déroulera du 1er au 12 décembre. Celles-ci sont regroupées autour de trois points : la nécessité que les négociations soient ouvertes et transparentes ; la promotion des modèles agricoles répondant aux défis de la sécurité alimentaire et du changement climatique (notamment la transition agroécologique) ; et le financement en priorité de l’adaptation des agricultures familiales. Elle explique également en quoi les marchés du carbone sont une fausse solution.
Lire les recommandations (4 p.) :
http://www.gret.org/wp-content/uploads/Agricultures-familiales_Version6.pdf


Université d’Abomey-Calavi (UAC)
Cette étude porte sur les effets du changement climatique sur les productions de coton, maïs, sorgho et arachide dans la commune de Banikoara au Bénin. Elle montre que si les déficits pluviométriques ne dégradent pas réellement les productions de coton et de maïs, ils ont des impacts négatifs sur la production de sorgho. Pour les fortes températures, c’est le cas inverse : celles-ci diminuent la productivité du maïs et du coton mais pas celle du sorgho. Ce rapport préconise ainsi d’adapter les productions en fonction des prévisions météorologiques, en utilisant le maïs et le coton comme cultures complémentaires, et le sorgho comme substitut.

Lire le rapport (28 p.) :

http://www.ecoasso.org/articles/Yai_et_al.pdf


Enjeux commerciaux


CTA, novembre 2014
Cet article d’Agritrade rapporte que le gouvernement guyanien cherche à conclure un accord pour la livraison de 120 000 tonnes de riz au Ghana dans l’année à venir. En effet, la production rizicole au Guyana connaît une forte augmentation, alors que la demande ouest-africaine continue de croître et que les importations internationales sont ralenties en raison de l’épidémie d’Ebola. Selon Agritrade, si cette opportunité devait se concrétiser, elle nécessiterait néanmoins des négociations de contrat prudentes pour s’assurer que les bénéfices commerciaux des ventes ne sont pas sapés par l’augmentation des tarifs d’expédition vers les ports d’Afrique de l’Ouest.
http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Produits-de-base/Riz/Le-Guyana-cherche-a-developper-ses-exportations-de-riz-vers-l-Afrique-de-l-Ouest


CTA, novembre 2014
Cet article d’Agritrade s’intéresse à un document publié par la Banque mondiale, qui évalue les « obstacles à l’intégration de marché en Afrique centrale et orientale » pour le maïs, le riz et le sorgho. Celui-ci soutient que les pays ayant des marchés plus intégrés, aussi bien au niveau national qu’international, ont moins de problèmes d’insécurité alimentaire. Ainsi, l’analyse souligne l’idée que l’abolition des barrières liées à la distance, la réduction des coûts de transport et la mise en place d’accords commerciaux régionaux sont des instruments appropriés pour améliorer l’intégration de marché et la sécurité alimentaire.
http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Produits-de-base/Cereales/Integration-de-marche-en-Afrique-centrale-et-orientale-pour-le-mais-le-riz-et-le-sorgho


Publications


Alternatives rurales, novembre 2014
Le deuxième numéro de cette revue de réflexion et débat sur le développement agricole et rural centrée sur le Maroc met l’accent sur l’irrigation et les projets locaux de développement. Elle contient différents articles sur : les périmètres irrigués gérés par les agriculteurs, le goutte à goutte, l’accompagnement de projets collectifs d’irrigation localisée, ou encore la participation des agriculteurs à la conception d’un projet de reconversion à l’irrigation localisée. La revue aborde également d’autres thèmes comme la question du genre, la mutation des pratiques d’élevage ainsi que les filières lait (aspect qualité) et oignons (rôle des intermédiaires dans la commercialisation). Pour finir, deux notes portent respectivement sur le projet Pilier II du Plan Maroc Vert, et la conception de dispositifs de conseil à l’agriculture familiale.
http://alternatives-rurales.org/numero-2/


BAD, CSAO, octobre 2014
La Banque africaine de développement (BAD) a publié la quatrième édition de son Observatoire de l’Afrique de l’Ouest, un nouveau rapport trimestriel sur les développements socio-économiques de la sous-région. Cette dernière édition est axée sur l’industrie agro-alimentaire et fournit des analyses sur les tendances politiques et économiques récentes de ce secteur. En parallèle, un nouvel article publié sur le blog de la BAD examine de plus près l’impact économique de l’épidémie d’Ebola. Alors que la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone ont souffert de pertes économiques importantes, la Banque affirme que le risque que les dommages se propagent au-delà de ces trois pays est limité. L’économiste régional en chef Emanuele Santi souligne qu’en développant une inquiétude excessive, le discours concernant le coût économique de l’Ebola pourrait aggraver les dommages.

Lire le rapport (32 p., 6 Mo) :

http://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Publications/Quarterly_West_Africa_Monitor_-_Issue_4.pdf

Lire l’article du blog :

http://www.afdb.org/fr/blogs/measuring-the-pulse-of-economic-transformation-in-west-africa/post/west-africa-ebola-getting-the-right-narrative-and-focusing-on-the-bigger-picture-13773/


Situation alimentaire et campagne agricole


Afrique Verte, novembre 2014
Selon le bulletin d’Afrique verte sur la situation alimentaire au Sahel, la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est à la stabilité au Mali et au Burkina et à la baisse au Niger. Le bulletin fait également un point sur le déroulement de la campagne agricole, ainsi que sur les actions du gouvernement, des organismes internationaux et des ONG dans ces trois pays.

Lire le bulletin (8 p.) :

http://www.afriqueverte.org/r2_public/media/fck/File/Bulletins/PSA/PSA%20163-11-2014.pdf


CILSS, novembre 2014
Selon ce bulletin, la campagne agricole 2014-2015 a été caractérisée par une installation tardive. Des déficits pluviométriques prononcés ont persisté dans la partie Ouest du Sahel et par endroits au Mali, au Niger et au Tchad. Dans ces zones, de nombreux cas de re-semis ont été signalés, et des cas d’abandons de parcelles notamment en Gambie et Guinée Bissau. Les niveaux des crues sont inférieurs à la moyenne dans les zones rizicoles de submersion sur les fleuves Niger et Sénégal, ce qui pourrait avoir des incidences sur les cultures de saison sèche. La situation phytosanitaire est globalement calme.

Lire l’avis (6 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Bulletin_mensuel_aout_2014-1.pdf

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS