fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de veille n°241 - 13 juin 2014

Tout déroulerTout enrouler

Sommaire

- Synthèse : L’implication de la société civile pastorale dans l’élaboration de la loi pastorale au Niger : Quels enseignements ?
- Synthèse : Objectifs et résultats du dispositif de veille du RBM sur la situation pastorale en Afrique de l’Ouest

- Bulletin PDDAA : Afrique centrale n°2 (juin 2014)

- Rapport de synthèse : Spécialisation ou diversification ? Perspectives divergentes sur la riziculture irriguée par trois grands barrages dans le Sahel

- Catalogue : Innovations locales en sécurité alimentaire repérées et sélectionnées au Niger

- Fonds documentaire : Ressources sur l’agroécologie

- Note d’analyse : l’expérience des paysans relais
- Rural 21 : Les services de conseil et de vulgarisation agricoles : partager des connaissances

- Ouvrage : La gouvernance du foncier rural au Bénin : la société civile s’engage

- Défis Sud : Semences en voie de disparition

- Analyse : Et si l’Afrique était partie pour être l’eldorado des OGM ?

- Etude : Droits et responsabilités liés à l’alimentation dans un contexte de volatilité des prix alimentaires

- Analyse : Le Bénin profite de la politique commerciale agricole du Nigeria
- Bulletin : Les flux transfrontaliers de produits agricoles et d’élevage en Afrique de l’ouest (avril 2014)

- Etude prospective : les impacts du changement climatique sur l’élevage paysan en Afrique sub-saharienne à horizon 2020
- Rapport : Review of research and policies for climate change adaptation in the agriculture sector in W Africa
- Etudes de cas : « l’agriculture intelligente face au climat »

- Directives internationales de la FAO visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale

- Conférence IFPRI : « Pas de sécurité alimentaire et nutritionnelle sans résilience »

- Analyse : Coordination dans le Sahel : à la recherche d’un leadership collectif
- Position commune africaine sur le programme de développement pour l’après 2015
- Rapport : la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle va bénéficier aux grandes entreprises et mettre en danger les petits producteurs Africains

- Vidéos : Acquis et perspectives de la recherche sur l’agriculture familiale

- Étude : la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar

- Fiche modèle économique : Aviculture traditionnelle améliorée (Burkina Faso)

- Revue « Bois et forêts des tropiques » : désormais gratuite et accessible en ligne


Elevage et pastoralisme


RBM, janvier 2014
Ce travail de capitalisation vise à établir un bilan critique de l’implication des organisations de la société civile pastorale dans l’élaboration de la législation pastorale au Niger. Il décrit les démarches qui ont permis aux organisations d’éleveurs d’influer sur le processus de production législative, ainsi que les freins et les facteurs défavorables à cette influence. Il permet d’identifier les enseignements les plus utiles à l’intention des organisations d’éleveurs des autres pays qui doivent s’impliquer dans l’élaboration de codes pastoraux.

Lire la synthèse (16 p.) :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/RBM_Code_pastoral_Niger.pdf


RBM, janvier 2014
Cette note de synthèse présente brièvement les objectifs et le fonctionnement du dispositif de veille du Réseau Billital Maroobé (RBM), mis en place en juillet 2013 afin d’assurer un suivi proactif de la situation pastorale, principalement dans la zone transfrontalière Mali / Niger / Burkina Faso. Elle reprend ensuite les principales informations et recommandations contenues dans les notes de synthèse mensuelles d’août, septembre et octobre 2013 ainsi que dans le rapport de bilan de la campagne pastorale 2013-2014, réalisés sur la base des informations fournis par ce dispositif de veille.

Lire la synthèse (7 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/synthese_dispositif_veille2013.pdf


Politiques agricoles


CEEAC, juin 2014
Cette deuxième édition du bulletin d’information trimestriel du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA) sur la région Afrique centrale retrace rapidement l’historique du processus dans la région. Il fait ensuite le point sur son état d’avancement au niveau des Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) ainsi que sur la mise en œuvre du PDDAA au niveau régional. Il souligne que la CEEAC est la deuxième région du continent à avoir validé son PRIA et que 9 PNIA sur 10 sont soit en cours de mise en œuvre, soit de finalisation.

Lire le bulletin (4 p.) :

www.hubrural.org/IMG/pdf/bulletin_n2vf.pdf


Irrigation


Global Water Initiative, IED Afrique, IIED, UICN, 2014
Ce rapport de synthèse s’appuie sur les principales leçons et recommandations des études de cas portant sur l’analyse des stratégies, aspirations et contraintes des différentes catégories d’agriculteurs vivant autour des barrages de Bagré (Burkina Faso), Sélingué (Mali) et Niandouba/Confluent (Sénégal). Selon ce rapport, la mise en œuvre de stratégies futures de développement de l’agriculture irriguée devra prendre en compte un certain nombre de réalités et de défis. En particulier, les schémas actuels de mise en valeur des périmètres indiquent une opposition entre, d’une part, une logique d’État, qui prône une agriculture moderne ayant pour principaux piliers la forte intensité technologique, la spécialisation de la production et la promotion de l’agrobusiness, et, d’autre part, la logique des exploitations familiales agricoles, dont la capacité de résilience repose avant tout sur la multifonctionnalité et la diversification des stratégies.

Lire le rapport de synthèse (40 p.) :

http://pubs.iied.org/pdfs/17568FIIED.pdf


Innovations locales


INRA, Université Abdou Moumouni (Niamey), 2013
Le présent catalogue est une compilation des meilleures innovations en sécurité alimentaire repérées et caractérisées, de façon participative, avec les populations dans les communes rurales de Torodi, Makalondi, Yélou et Dioundiou (Niger). Les innovations sont classées dans les principaux domaines relatifs à la sécurité alimentaire : production agricole ; production animale ; agroalimentaire et nutrition ; gestion des ressources naturelles et fertilisation ; activités génératrices de revenus ; socio-organisation et autres. Le catalogue décrit à chaque fois brièvement l’innovation et celui qui la porte. Il expose les raisons de l’innovation, les investissements réalisés, les bénéfices engrangés et les difficultés rencontrées. Il envisage enfin les méthodes de capitalisation et de diffusion de l’innovation.

Lire le catalogue (51 p.) :

http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/Innovation_catalogue_Niger.pdf


Agroécologie


Inter-réseaux, juin 2014

Face aux défis que doivent relever les systèmes agricoles et alimentaires et aux limites de plus en plus évidentes du modèle d’intensification agricole inspiré de la révolution verte, l’agroécologie connaît ces dernières années un succès croissant. Si le concept est loin d’être nouveau, il suscite aujourd’hui une multitude de rapports, d’études, d’ateliers, de notes de synthèses et d’analyses ou encore de dossiers de revues. Sur cette page, qui sera actualisée régulièrement, Inter-réseaux vous propose une sélection d’informations et de documents produits sur l’agroécologie et susceptibles d’intéresser les membres du réseau, en particulier en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le prochain numéro de la revue Grain de sel sera consacré à cette thématique.
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/ressources-sur-l-agroecologie


Appui – conseil


Fert, juin 2014

Cette note se base sur les résultats de l’atelier de partage d’expériences autour des paysans relais à Madagascar, organisé les 28 et 29 juin 2012 par Fert. Les échanges d’expériences ont notamment montré que les paysans relais ont une véritable utilité dans les services aux producteurs de par leur présence de proximité et leur coût modéré d’intervention. La note souligne qu’il est pertinent de mobiliser les paysans relais autour de deux fonctions majeures : (i) animation et communication et (ii) mise en œuvre des services de proximité auprès des producteurs (approvisionnement, formation, conseil…). Les échanges ont par ailleurs insisté sur la nécessité d’intégrer la question de la pérennisation dès la mise en place des paysans relais : la qualité du portage (accompagnement technique, regroupement, formation…) et l’aspect contrepartie (en nature et/ou financière) sont les deux éléments essentiels pour une bonne pérennisation des paysans relais.

Lire la note (9 p.) :

http://www.fert.fr/wp-content/uploads/2014/06/MDG_Note-analyse-exp%C3%A9riences-paysans-relais_2012.pdf?ebede6


Rural 21, juin 2014

Plusieurs articles du dernier numéro de la revue Rural 21 consacré aux services de conseil et de vulgarisation agricoles ont été traduits en français. Ces articles retracent les changements fondamentaux qu’ont connus ces dernières années l’éventail des services de vulgarisation et de conseil agricoles et les outils et méthodes utilisés. Ils abordent les enjeux de financement de ces dispositifs ou s’intéressent encore à la place et aux limites des technologies modernes de l’information et de la communication dans les services de vulgarisation et de conseil agricoles.
http://www.rural21.com/francais/regardons-de-plus-pres/


Foncier


SNV, 2014

Ce livre décrit et analyse les activités menées par un ensemble d’acteurs dans le domaine de la gouvernance du foncier rural au Bénin. Il vise à mieux comprendre les enjeux autour de cette gouvernance, les rôles et implications des instances modernes et traditionnelles, ainsi que les solutions et réponses apportées par les organisations de la société civile impliquées pour corriger les faiblesses de cette gouvernance aux divers niveaux. Ces réponses concernent surtout la vulgarisation du cadre législatif et règlementaire, le renforcement de capacités des acteurs locaux de la gestion foncière mais également le lobbying pour la défense des intérêts des producteurs dans l’élaboration et la mise en œuvre de la réforme foncière dans son ensemble. Enfin sur la base de l’expérience menée, le livre tire des leçons sur le rôle et la contribution de la société civile dans l’animation du débat public autour des politiques sectorielles et général et spécifiquement sur la politique foncière au Bénin.

Lire l’ouvrage (68 p.) :

http://www.snvworld.org/download/publications/snv_livre_la_gouvernance_du_foncier_rural_2014.pdf


Semences


SOS Faim, avril-mai 2014

Les agricultures paysannes des pays du Sud on-elles le poids et l’influence politique nécessaires pour faire prévaloir leurs modèles semenciers ? C’est la question soulevée par le dossier du dernier numéro de la revue Défis Sud. Pour y répondre, il consacre une série d’articles au secteur des semences et à ses enjeux, à une expérience alternative de stockage des semences au Brésil, aux initiatives visant à défendre les semences traditionnelles et les savoirs ancestraux en Colombie ou encore aux effets de l’opération de semences et engrais subventionnés au Burkina Faso. Dans la partie « hors dossier » du numéro, un article est consacré aux Greniers de sécurité alimentaire de la Fédération des groupements Naam (FNGN) au Burkina Faso.

Lire le numéro (28 p.) :

www.sosfaim.be/pdf/publications/defis_sud/118/defis_sud_semences_complet.pdf


OGM


Le Point, 2 juin 2014

Selon cet article, les positions politiques sur le continent africain sont de plus en plus favorables aux biotechnologies, et en particulier aux cultures OGM. Ainsi le Bénin a levé il y a quelques mois son moratoire sur les OGM, après dix ans d’interdiction. Sept pays africains supplémentaires, dont le Cameroun, le Ghana et le Nigeria, auraient réalisé en 2013 des essais en plein champ de nouvelles cultures transgéniques (coton, maïs, banane, patate douce et niébé). En 2013, le Burkina Faso aurait augmenté ses superficies OGM de 50 % pour atteindre 474 000 hectares de coton Bt. A l’heure actuelle, la Cedeao, l’UEMOA et le Cilss travaillent pour établir un cadre de biosécurité régional commun pour tous les pays de la sous-région, qui pourrait s’inspirer du cadre en vigueur au niveau de l’Union européenne.
www.lepoint.fr/afrique/economie/et-si-l-afrique-devenait-l-eldorado-des-ogm-02-06-2014-1830193_2033.php


Droit à l’alimentation


Oxfam, juin 2014

Selon cette étude, malgré de nombreuses discussions des gouvernements sur le droit fondamental à l’alimentation, aucun droit reconnu par la loi et soutenu par des politiques publiques n’est venu concrétiser ces discussions. Certes, des initiatives en faveur d’un droit à l’alimentation plus établi et institutionnalisé ont été lancées, et les personnes vulnérables à la faim sont sensibles aux actions de l’État et de la société civile qui renforcent leur conscience de l’existence de ce droit. Toutefois, même lorsque des droits formels sont reconnus par la loi et que les gens connaissent ces droits, les règles coutumières demeurent plus accessibles et plus réalisables. Peu de participants à cette étude ont le sentiment de pouvoir bénéficier de ce droit ou disposent des moyens nécessaires pour que les autorités publiques soient tenues responsables.

Lire un résumé de l’étude (10 p.) :

www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/rr-help-yourself-food-price-volatility-year-2-050614-summ-fr.pdf


Enjeux commerciaux


Agritrade, 2 juin 2014

Cet article reprend quelques unes des grandes conclusions de l’examen de la situation agricole au Bénin publié par l’USDA en mars 2014. Ce rapport montre que le commerce informel vers les marchés nigérians procure des bénéfices très importants aux négociants béninois. Selon les estimations de sources commerciales, plus de 85% des produits agricoles et alimentaires expédiés au Bénin sont destinés à la revente au Nigeria via des activités de commerce informel transfrontalier. L’article souligne que ce commerce n’est pas sans poser des problèmes particuliers dans les secteurs de la volaille et du riz. Il rappelle que la dynamique commerciale le long de la frontière Bénin-Nigeria doit être envisagée dans le contexte de l’introduction du TEC de la CEDEAO prévue pour le 1er janvier 2015, une initiative qui devrait mettre fin à la réexportation.
http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Sujets/Accords-de-libre-echange-ACP/Le-Benin-profite-de-la-politique-commerciale-agricole-du-Nigeria


CILSS, 3 juin 2014

Selon ce bulletin, le maïs est la principale céréale commercialisée dans la sous-région. Son volume de transactions observées sur les marchés et corridors du CILSS est estimé à 12 595 tonnes soit, 68 % du volume total des céréales. Comparativement au mois de mars, les prix de céréales sont en hausse puisque l’offre ne satisfait pas à la demande, excepté le mil et le sorgho qui connaissent une baisse respective de 16% et 17%. A l’analyse, au cours des mois à venir, l’offre sur les marchés pourrait baisser puisque le stock de sécurité est en train d’être mis en place par les ménages. On pourrait donc s’attendre à une hausse des prix du maïs sur les marchés des pays importateurs. Le commerce des produits d’élevage connaît un net accroissement de son volume, lié de la relative hausse des prix à l’export mais aussi au manque de pâturages dans les zones d’élevage.

Lire le bulletin (11 p.) :

www.cilss.bf/IMG/pdf/Flux_Agricoles_Transfrontaliers_Afrique_Ouest_avril_2014_Francais_VF.pdf

Lire la version anglaise :

http://www.cilss.bf/IMG/pdf/West_Africa_Intra-Regional_Agricultural_Trade_April_2014_English_VF.pdf


Enjeux climatiques


ENEA Consulting, VSF-B, mars 2014
ENEA a réalisé avec VSF-B (Vétérinaires sans frontières – Belgique) une étude prospective sur les impacts du changement climatique sur l’élevage paysan à horizon 2020, dans les pays d’Afrique subsaharienne. L’étude s’intéresse plus précisément aux enjeux du changement climatique, des évolutions démographiques, de l’épuisement des ressources naturelles, des impacts environnementaux des activités économiques, et des facteurs géopolitiques.

Lire l’étude (39 p.) :

www.enea-consulting.com/wp-content/uploads/Climate-change-and-Small-Scale-Livestock-Farming-in-Africa.pdf


Future Agricultures, CORAF, mai 2014

Cette étude porte sur l’état des politiques et de la recherche pour l’adaptation au changement climatique dans le secteur agricole en Afrique de l’Ouest. Elle souligne qu’au vu de la vulnérabilité extrêmement forte des petits producteurs de la région, les défis de l’adaptation sont considérables. L’étude pointe du doigt de nombreuses lacunes dans le domaine de la recherche et des connaissances sur les manières de s’adapter au changement climatique et à ses effets, : jusqu’ici, le focus a surtout été placé sur le développement d’outils techniques (variétés résistantes à la sécheresse, gestion des sols et de l’eau), mais très peu sur les outils de gestion des risques en lien avec les prévisions météorologiques, l’assurance indicielle et la mise en marché des produits agricoles. La plupart des stratégies d’adaptation actuelles ne portent que sur le court et moyen termes.

Lire le rapport (52 p.) :

www.future-agricultures.org/publications/research-and-analysis/working-papers/doc_download/1872-review-of-research-and-policies-for-climate-change-adaptation-in-the-agriculture-sector-in-w-africa


FAO, 6 juin 2014

Cette publication présente 10 études de cas « d’agriculture intelligente face au climat » dans le monde, visant à montrer que de nombreuses communautés rurales sont déjà en train d’effectuer avec succès la transition vers de nouvelles formes d’agriculture mieux adaptées au réchauffement de la planète. Parmi les études de cas présentées : au Nigeria, des projets ont introduit de nouvelles technologies d’engrais ; au Kenya et en Tanzanie, un travail avec les agriculteurs dans des écoles de terrain a permis d’identifier et de mettre au point des systèmes agricoles résilients, intelligents face au climat et adaptés aux conditions locales ; au Malawi, au Vietnam et en Zambie, une assistance aux décideurs a été développée pour concevoir des politiques nationales visant à promouvoir et à soutenir l’agriculture intelligente face au climat. Chaque cas est exposé brièvement (1 page), avec un lien vers davantage d’informations.

Lire une présentation en français :

http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/publication-fao-etudes-de-cas-d

Lire la publication (28 p.) :

www.fao.org/3/a-i3817e.pdf


Pêche


FAO, juin 2014

Les Etats membres du Comité des pêches (COFI) de la FAO se sont réunis la semaine du 9 juin pour leur 31ème session. Ils ont approuvé une série de directives importantes pour la durabilité de la pêche artisanale. Les « Directives volontaires pour la conduite de l’État du pavillon » énoncent une série de mesures à l’intention des pays pour veiller à ce que les navires battant leur pavillon ne se livrent pas à la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN). Les « Directives d’application volontaire visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté » constituent quant à elle le tout premier instrument international consacré entièrement aux pêches artisanales : elles sollicitent une cohérence des politiques afin de garantir la pleine contribution des petits pêcheurs à la sécurité alimentaire, à la nutrition et à l’éradication de la pauvreté. Elles encouragent en outre les pays à veiller à ce que les petits pêcheurs soient représentés dans les processus décisionnels qui ont trait à leurs moyens d’existence.

Visiter la page du COFI :

http://www.fao.org/cofi/fr/

Lire l’article sur les « Directives volontaires pour la conduite de l’État du pavillon » et consulter les documents liés :

http://www.fao.org/news/story/fr/item/234216/icode/

Lire l’article sur les « Directives d’application volontaire visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté » et consulter les documents liés :

http://www.fao.org/news/story/fr/item/234223/icode/


Résilience


Rural 21, 11 juin 2014

Cet article livre quelques éléments de synthèse la Conférence 2020 de l’IFPRI sur le renforcement de la résilience pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle organisée à la mi-mai 2014 à Addis-Abeba (Éthiopie). Les participants à la conférence ont souligné la nécessité d’inclure la question de la résilience dans le programme politique de l’après-2015, tout en précisant qu’il ne fallait pas faire du concept de résilience « un mot à la mode de plus auquel tout contenu concevable pouvait être associé ». Une définition a été proposée par l’IFPRI et largement acceptée par les participants : « renforcer la résilience, c’est aider les populations, les communautés, les pays et les institutions mondiales à empêcher et anticiper les chocs, à s’y préparer, y faire face et les surmonter, et pas seulement à retrouver la situation qui était la leur avant que ces chocs se produisent mais même à améliorer cette situation. » Outre la compréhension fondamentale du concept de résilience, les divers chocs affectant les populations pauvres et leurs moyens d’y faire face, ainsi que les solutions permettant de mesurer et d’effectuer un suivi de la résilience, ont été examinés.

Lire l’article :

http://www.rural21.com//nc/francais/news/detail/article/pas-de-securite-alimentaire-et-nutritionnelle-sans-resilience-00001131/

Des vidéos, la plupart des présentations et d’autres informations intéressantes sont disponibles sur le site de la conférence :

http://www.2020resilience.ifpri.info/


Enjeux des politiques de développement


ECDPM, 6 juin 2014

Cet article identifie les enjeux contribuant à rendre si difficile la coordination des acteurs impliqués au Sahel. Selon les auteurs, les négociations sur les initiatives de coordination reflètent la « tectonique géopolitique » africaine et internationale de la région : contrôler les mécanismes de coordination revient à contrôler l’utilisation des millions engagés pour le Sahel et la capacité à façonner l’avenir économique et politique de la région. Les auteurs soulignent également les divergences de vues quant à la stratégie qui devrait avoir la primauté sur les autres : si la stratégie des Nations Unies, en raison de son ancrage international, pourrait être considérée comme le cadre principal sur lequel d’autres stratégies doivent être alignées, l’Union africaine souligne que la rédaction de sa propre stratégie est aussi vieille que le processus qui a lancé la Stratégie Sahel de l’ONU. D’autres rivalités entre organisations internationales et Etats sahélo-sahariens sont également en jeu (rivalité Algérie-Maroc, préférence du Burkina Faso et de la CEDEAO pour ancrer la coordination du Sahel dans la partie sud de la région).
http://ecdpm.org/talking-points/coordination-dans-le-sahel-la-recherche-dun-leadership-collectif/


Union Africaine, 3 juin 2014
L’Union africaine a présenté la Position commune africaine (PCA) sur le programme de développement post-2015 le 3 juin dernier à Addis Abeba, avec l’objectif de passer d’un programme dirigé de l’extérieur à des solutions plus ancrées localement. Ce document demande aux dirigeants africains de poursuivre leurs engagements pris dans le cadre des OMD et d’élargir leurs actions pour aller vers davantage d’intégration sociale et économique, de réduction de la pauvreté et de création d’emplois. Six points sont considérés comme essentiels : 1) transformation économique structurelle et croissance inclusive ; 2) science, technologie et innovation ; 3) développement axé sur l’être humain ; 4) viabilité environnementale, gestion des ressources naturelles et des risques de catastrophes naturelles ; 5) paix et sécurité ; et 6) financement et partenariat.

Lire le document (30 p.) :

http://ea.au.int/en/sites/default/files/Book%20CAP%20FRENCH%203.pdf


Terra Nuova, the Transnational Institute, mai 2014

Ce rapport dresse une critique virulente de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, lancée lors du Sommet du G8 en 2012. Il dénonce le faible niveau de consultation démocratique avec les acteurs des pays membres de l’Alliance, et en particulier avec les petits producteurs. Selon l’auteur, la promotion de l’approche des « chaines de valeur », le développement des couloirs de croissance agricole et le renforcement des partenariats publics-privés risquent d’accentuer les inégalités sociales, en bénéficiant aux investisseurs les plus riches et marginalisant les petits producteurs. La conclusion du rapport s’intéresse aux mouvements contre la Nouvelle Alliance qui se développent au niveau international et en Afrique, au sein d’enceintes comme le Comité de la sécurité alimentaire réformé en 2009.

Lire le rapport (20 p.) :

www.tni.org/sites/www.tni.org/files/download/the_new_alliance.pdf


Agriculture familiale


CIRAD, INRA, juin 2014

Le Cirad et l’Inra ont organisé une rencontre sur la recherche en agriculture familiale dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale durant le Salon international de l’agriculture en février 2014. Plusieurs vidéos ont été mises en ligne, livrant un aperçu des travaux des équipes de recherche engagées sur ce thème : « agricultures familiales et autres formes d’organisations sociales : entre effacement et coexistence » ; « main d’œuvre et organisation du travail dans les exploitations familiales : comparaison Nord – Sud » ; « organisations et réseaux de producteurs dans un monde globalisé » ; « outils, dispositifs et politiques publiques en soutien aux agricultures familiales ».

Regarder les vidéos (entre 10 et 20 minutes chacune) :

http://www.cirad.fr/publications-ressources/science-pour-tous/conferences/recherche-sur-l-agriculture-familiale/recherche-en-agriculture-familiale


Filière légumes


Fert, juin 2012

Cette étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar a été réalisée à l’initiative de Fert, en partenariat avec la fédération d’organisations paysannes Fifata et l’association Ceffel, spécialisée en fruits et légumes. L’étude vise à dresser un état des lieux global de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar, identifier les éventuels points de blocage et les opportunités de développement. L’étude est centrée sur 6 produits : pomme de terre, tomate, oignon, haricot vert, carotte et chou, choisis pour leurs potentiels agronomique, technico-économique et social. La zone d’étude est constituée des 4 grandes régions les plus productrices pour ces 6 productions : Analamanga, Itasy, Vakinankaratra et Amoron’i Mania.

Lire le résumé (8 p) :

www.fert.fr/wp-content/uploads/2014/06/MDG-R%C3%A9sum%C3%A9-%C3%A9tude-fili%C3%A8re-l%C3%A9gumes.pdf ?ebede6

Lire l’étude (84 p.) :

www.fert.fr/wp-content/uploads/2014/06/MDG_%C3%A9tude-filiere-l%C3%A9gumes-Fert-Ceffel-Fifata-_2012.pdf ?ebede6


Aviculture


RECA Niger, juin 2014
Cette fiche vise à servir de référentiel pour l’élaboration de microprojets d’aviculture en production semi intensive de poulets de chair. Elle présente des éléments techniques (taille de l’unité de production, espèces / races, organisation du poulailler, équipements nécessaires, alimentation des poules…) ainsi que des informations et des conseils pour optimiser l’évaluation de la rentabilité économique de l’unité de production. En conclusion, la fiche souligne que l’activité avicole (conduite en suivant les itinéraires techniques indiqués dans la fiche) est rentable, et ce dès la première année de production. Cette rentabilité est renforcée si l’opération est conduite sur plusieurs années ou si la taille de l’unité de production est augmentée.

Lire la fiche (13 p.) :

http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/RECA_Appui_Conseil_FT_aviculture.pdf


Bois et forêts


Cirad
Les articles de la revue « Bois et forêts des tropiques », éditée par le Cirad, sont désormais gratuitement accessibles sur le site web de la revue. La revue, à l’interface de la recherche et du développement, est entièrement dédiée aux sciences et techniques de la foresterie en régions chaudes. Elle présente trimestriellement l’actualité de nombreuses disciplines scientifiques et techniques. Elle publie des articles et des informations - en français, en anglais ou en espagnol - sur la filière forêt, sur la gestion multifonctionnelle des espaces ruraux et forestiers et sur les approches environnementales qui en découlent.
http://bft.cirad.fr/

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS